WAC-EST: Analyse tactique (2/3) : Structure et patience

Alors que se profile la finale retour de la ligue des champions, nous vous proposons un débriefe du match aller, ainsi que quelques éléments clés susceptibles de mener le WAC vers le succès, via une lecture en trois volets. Après la défense, dans le second épisode de cette trilogie, nous allons monter d’un cran pour se focaliser sur l’entrejeu.

Structure et patience

Après le premier volet qui exposait le plan de jeu trop frileux utilisé par Benzarti et symbolisé par la position extrêmement basse du bloc Wydadi à la perte du ballon, nous allons cette fois-ci mettre en lumière les difficultés éprouvées par les Rouge et Blanc dans les phases de constructions. Car ce n’est pas une coïncidence si le WAC ne s’est quasiment créé aucune occasion nette en première mi-temps. Uniquement deux pauvres tirs dont aucun cadré. Il y a plusieurs raisons à cela.

Une occupation du terrain à perfectionner

Capture 1

Le 2 de l’animation en 4-2-3-1 si chère au coach tunisien, revêt une importance capitale en phase de construction. Ce double pivot devant la défense, composé de Saidi et Nekach, est censé être la plaque tournante et la rampe de lancement des offensives du WAC. Malheureusement, force est de constater que les positionnements de l’un et de l’autre n’ont pas été irréprochables. En atteste la capture numéro 1.

Dans cette situation Achraf Dari hérite du ballon suite à un dégagement de la défense adverse. Deux solutions s’offrent à lui. Focalisons nous sur la première offerte par Nekach. Ce dernier joue assez mal le coup, puisqu’il s’avance en direction de son défenseur et lui demande le ballon dans les pieds, alors qu’il aurait été plus judicieux de sa part, de prendre un peu de recul pour éviter d’être sur la même ligne que Dari. Pourquoi ? Primo afin de proposer une solution un peu plus haut sur le terrain qui contribuerai à faire progresser cette phase de construction dans le camp tunisien. Secundo, obliger le porteur du ballon à s’avancer et grignoter quelques mètres.

La seconde solution de passe pour le défenseur axial Wydadi aurait été de basculer le jeu de l’autre coté via Comara. Le hic réside dans le piètre placement de Saidi. Quand bien même Comara aurait reçu le ballon, il aurait été esseulé et dépourvu de solution courte.

Capture 2

Donc, Saidi et le remplacent de Nekach, certainement Jabrane, devront mieux occuper les espaces. S’intercaler plus intelligemment entre les lignes et surtout coordonner leurs déplacements. Justement en parlant de déplacements, la capture numéro 2 nous donne un aperçu des manquements dont ont fait montre les hommes de Benzarti, mais cette fois-ci suite à une récupération basse. Bon déjà, Noussir contrôle le ballon dans le sens inverse du jeu et se trouve dos à ses coéquipiers. Ensuite, en jettant un coup d’œil par dessus son épaule, il a remarqué la présence d’Ounajem, dont l’appel conditionnera forcément la passe de son latéral. Sauf que l’appel de l’ailier et aux antipodes de ce que le jeu lui intime de faire. Au lieu de demander le ballon dans les pieds pour remiser sur Saidi, il l’a demandé dans la profondeur. Noussir pressé par un tunisien à manquer de précisions. Résultat, touche pour l’Espérance. Dans cette situation, Saidi lui aussi aurait pu communiquer avec Noussir, ou mieux encore, effectué quelques pas latéraux d’ajustement pour annihiler toutes possibilités d’interceptions. Ce qu’il n’a évidemment pas faits.

Des passes dans le bon tempo et des choix plus judicieux

Capture 3

Jouer rapidement vers l’avant c’est bien, dans le bon tempo c’est mieux. Dans le plan que nous avons choisi, nous sommes quasiment à la demi-heure de jeu et le score est toujours nul et vierge. Donc il n’y pas vraiment urgence. Normalement, El Karti pouvait faire un passe et va. C’est à dire donner le ballon à Amloud et effectuer une course en profondeur, devant ou dans le dos de son latéral, ce qui aurait permis à ce dernier d’avoir plus de temps et d’espace pour centrer. En sus, le milieu de terrain pouvait également passer le cuir dans les pieds d’Ounajem et obliger Amloud à réaliser une course le long de la ligne de touche. Oui mais voila, El Karti n’a fait ni l’un ni l’autre. Il a manqué de lucidité dans son choix en voulant lancer son ailier dans le dos du latéral tunisien. Une absence de patience, de lucidité dans le choix et de timing dans la passe qui ont débouché sur une perte de balle. Une énième.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here