Violence, partie intégrante du football ?

maroc mountakhab wydad wac botola pro coupe monde derby winners tifo

Avec tous les remous que connait le football au cours de ces dernières années,l’on se demande quelle est la place qu’occupent les supporters.

Le mérite du football est que dans les tribunes d’un stade,toutes les classes de la société sont représentées. On y trouve des jeunes et des vieux, cadres et ouvriers, supporters ou spectateurs, venus encourager la même équipe, apprécier le même spectacle. Malheureusement, la violence prenant d’assauts les stades nous impose à nous interroger sur les réelles raisons d’une société en perte de repères.

À la suite des regrettables événements,des spectacles désolants,qui ont terni l’image de notre football, certains commencent à percevoir la présence d’une frange de supporters dans les gradins comme une menace. Cette même frange dont hier nous étions si fiers et qui par leurs encouragements et leur sens de créativité animait nos stades. Ce revirement à 180 degrés est une forme de dépréciation du sujet, une mauvaise lecture de la situation.

Malgré nos réticences,force de reconnaitre que cette frange de supporters qu’on nomme les ultras s’est affirmée comme un élément à part entière du spectacle.Son engagement partisan et son soutien inconditionnel se sont institutionnalisés : c’est le douzième homme.

Notre ami Abou Nadir a consacré un billet s’intitulant : “Infrastructure entre violence et vandalisme “, auquel je me joins.

– Comment un père de famille peut-il encore avoir envie d’emmener son fils assister à un match de football tant les dérives se multiplient ?

– Comment peut-on encore supporter les slogans haineux et tous ces actes barbares qui détériorent l’ambiance des stades et nuisent à l’image du football ?

Néanmoins, je persiste à croire que cette approche n’est que la face visible de l’iceberg .

Ne faut-il pas en parallèle s’interroger sur les causes à effet qui ont contribué à l’émergence de ce fléau dans notre pays ?

Le football n’est-il pas tout simplement victime de la cupidité de l’homme ?

Il ne faut surtout pas oublier que l’argent domine le football, il y’a plus de place pour les vraies valeurs du sport qui sont la tolérance,le respect de l’autre,le refus de la tricherie et l’acceptation des décisions arbitrales,des joueurs passent d’une équipe à une autre,privilégiant l’intérêt économique à l’intérêt sportif. Rares sont les joueurs qui ont un réel amour du maillot.

L’identification des principales causes de la violence ainsi que la maitrise de ce phénomène qui gangrène notre football nécessitent la mise en exergue de tous les épiphénomènes qui sont liés au sujet,sinon la lutte contre la violence serait une cause perdue d’avance.

Les principes fondamentaux qui régissent le football insistent incessamment sur les vraies valeurs que ce dernier doit véhiculer et en premier le fair-play.c’est là une manière optimiste de bannir des stades toute forme de violence. Mais la réalité est autre et le monde du football se trouve le lieu d’affrontements et de violences.

D’où la question : la violence ne serait-elle pas intégrante au football ?

Aux sociologues du sport de trouver des explications à ces affrontements dans nos stades et aux responsables du secteur d’en tirer toutes les conclusions.
 

Abdel_1er