Un déclic aux effets inverses

maroc mountakhab wydad wac botola pro coupe monde derby winners tifo

Après avoir changé de coach pour des raisons absurdes, on s’attendait à ce que l’on appelle dans le monde du football le déclic. On s’attendait à un déclic comme si on se trouvait dans une situation inextricable. Que Nenni.

Que l’on sache, le Wydad occupait la première place avec la meilleure attaque et la deuxième meilleure défense du championnat. Alors, pourquoi cherche-t-on ce déclic qui au lieu de nous hisser encore vers le haut nous a stoppés net dans notre progression . C’est un nouveau paradoxe sans nom,il nous rappelle vaguement la situation: ” il ne reste rien, mais il ne se trouve jamais et nulle part”. On est en plein délire ,qui ne l’est pas.

En football, on cherche un déclic pour permettre aux joueurs de retrouver leur niveau de forme afin de surpasser les mauvaises étapes. Par contre, les psys le définissent comme un instrument dont on s’en sert dans le moment de crise et qui nous permet de comprendre ce que l’on est et ce que l’on est devenu. Comme par enchantement, on retrouve la notion de l’identité

C’est sur ce point qu’il faut surtout se pencher : “ce que l’on est et ce que l’on est devenu”. Les personnes qui ont le plus besoin d’un déclic sont celles qui sont parvenues à déraciner et déposséder le club de sa véritable identité et de sa culture.

Ils ont en besoin de comprendre l’étendue de l’état de délabrement dans lequel ils ont mis le club.

Ils doivent comprendre que le club doit avant toute chose retrouver sa véritable identité et sa culture. Mettez vos maillots avant de se mettre en position : “au commandement du starter “,on ne fait que discuter de la propension à l’identification et loin de nous toute allusion à la mouvance identitaire.

Ce sont ces personnes qui ont le plus urgemment possible besoin que le déclic se produise pour enfin remettre en place le vivier de talents qu’ils ont transformé en cimetière de jeunes .

Il faut que le clic du déclic se déclenche pour ces personnes en tablant qu’ils prennent conscience que le Wydad n’est pas leur propriété privée et leur permette de sortir de ces situations exerçables et de ces schémas destructeurs et répétitifs

On espère toujours un déclic qui nous permettra de démarrer sur de bonnes bases à la conquête du titre, mais vu la prestation catastrophique dans la détermination réalisée par les joueurs, il y’a raison de douter que le déclic puisse à lui seul suffire. On remarque ceci chez les joueurs et leur manque de volonté de faire l’effort de suppléer son coéquipier. Avec un tel comportement de la part des joueurs,avouons-le, le délice n’est pas pour demain.Oublions le match,le fait d’y penser peut s’avérer nuisible pour la santé. Ceci peut meme donner la nausée.

En attendant Godot, souhaitons qu’il soit accompagné par le déclic et non pas par le déclin. En ces moments durs,on en a tellement besoin pour recharger les accus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here