Quand le Wydad va mal.

maroc mountakhab wydad wac botola pro coupe monde derby winners tifo

Accumulant les mauvais résultats au cours de la seconde phase du championnat, le Wydad plonge au classement et aggrave sa crise. Les supporters sont en colère. Certains, excédés, commencent à réclamer la démission du président Al Akram avant la fin de son mandat.

On ne peut plus se taire, tout ce qui se passe actuellement au sein de notre équipe le Wydad se situe trop à l’opposé de nos idéaux, en tout cas ce qu’elle est devenue, ce qu’ils ont en fait. On espère que le peuple Wydadi, toutes franges confondues,pourra un jour ouvrir grand les yeux.

À l’heure où la compétition est rentrée dans une phase où l’enjeu est crucial pour la course au titre et au moment où l’union de toutes les composantes Wyadies devrait jouer un rôle déterminant pour assurer une certaine stabilité,à notre grand malheur, nous avons pu constater que le comité n’était pas de cet avis. Bien au contraire, les problèmes d’ego ressurgissent,reléguant aux calendes grecques les intérêts du club.

Le limogeage de Talib, au moment où la course au titre bat son plein et l’arrivée de Chrif sont encore la preuve que le navire Wydadi est en perdition.

Et qu’en est-il de l’état moral dans les vestiaires, lorsque les joueurs ne savent plus qui est réellement le patron ?

En résumé:

Depuis l’avènement d’Al Akram à la tête de l’équipe,toutes les décisions prises laissaient entrevoir que le Wydad n’était pas entre de bonnes mains. Tous les indicateurs susceptibles de nous révéler la santé de l’équipe étaient au rouge, les quelques rares bonnes performances de l’équipe, finale de la ligue des champions,ont eu sur nous l’effet du soleil trompeur. Une chose est sûre,plus la situation s’envenime et plus le fossé se creuse entre le club et ses supporters .

Quand le Wydad va mal, les supporters sont perdus et en colère .