Pourquoi notre football vit–il aujourd’hui dans l’agonie ?

Pourquoi notre football vit–il aujourd’hui dans l’agonie ? | Wydad Athletic Club - Actualité / News du WAC - أخبار الوداد الرياضي

De nos jours, le football est indiscutablement le sport – roi sur la plus grande partie de la planète, il est devenu grâce à cette émergence euphorique des moyens de communications le langage commun de toutes les différentes communautés humaines du monde en dépit de leurs différences ethniques, culturelles, sociales…

Ce sport le plus populaire du monde est parvenu à transgresser les frontières et les spécificités locales et façonner les comportements et les habitudes des différents peuples au point qu’on parle d’une nouvelle idéologie sur laquelle il faut compter pour l’avenir.

En fait, le foot est perçu comme un véritable échantillon représentatif de la situation sociale de la cité urbaine moderne avec tous ses problèmes surtout ceux ayant trait aux jeunes générations. C’est ainsi que les différentes politiques générales des différents gouvernements du monde ont trouvé dans le sport en général et le foot en particulier un moyen d’encadrement et d’intégration de ces nouvelles générations qui sont souvent victimes d’un manque flagrant de repères identitaires et de valeurs culturelles et sociales communautaires.

Mais à quel point et dans quelles proportions le sport serait maintenu dans son rôle humain et social si l’on prend en considération les nouveaux rapports sport/capital (argent) à un moment où l’Etat souvent engagé dans d’autres domaines plus “rentables”, laisse ses générations à la merci de l’inconnu.

Au Maroc, le sport et tout particulièrement le football passe par une phase difficile au vu des problèmes que connait le monde du ballon rond depuis des années et qui ont fait que notre sport – roi n’attire plus comme avant les milliers de spectateurs chaque fin de semaine à prendre les chemins des stades. C’est ainsi que notre niveau footballistique national n’est plus des plus attrayants en Afrique malgré les fonds déployés aussi bien par les pouvoirs publics que par les investisseurs privés.

Où en est le problème alors? Est ce que la crise du football marocain dépend du seul facteur argent ou est ce qu’elle est d’une autre nature?!!!

Tout laisse croire que le salut de notre sport/foot se situe bel et bien à travers la mise en place d’une nouvelle culture de gouvernance régissant le champ sportif marocain et qui répond aux nouvelles réalités économiques, sportives, sociales, politiques….., une nouvelle culture qui place le foot dans un niveau plus haut sportivement parlant et plus prometteur financièrement au point de devenir un véritable levier économique comme en sont l’agriculture, le tourisme, l’industrie. C’est enfin accepter de faire de la chose sportive/footballistique un véritable projet économique citoyen et un garant social contre la déviation et le fanatisme.

Ceci est clairement vu si on comparait notre situation actuelle avec certains pays qui ont réussi à se développer rapidement et sont devenus des puissances mondiales en misant sur leurs ressources humaines, et en inculquant à leurs jeunes générations des valeurs sociales et humaines.

Pour finir, dans l’état actuel, chaque individu est censé s’engager dans la restructuration de notre football marocain, cela peut se faire à titre d’exemple par l’intermédiaire de rassemblements collectifs à l’image des associations, afin de faire entendre la voix de tout le monde et servir les intérêts de l’évolution du sport en général et du foot en particulier.

Moha