L’état des lieux relatif au prochain coach du WAC.

maroc mountakhab wydad wac botola pro coupe monde derby winners tifo

Depuis le limogeage de Abderrahim Talib, la famille Wydadie pense à l’éventuel succédeur, le comité se trouve dans une situation alarmante, puisque Nadir qui était sur le banc de touche des rouges et blancs lors du dernier match face au KACM (0-0), n’est qu’un entraîneur par intérim, en attendant la nomination d’un nouveau navire qui aura à gérer une phase retour déterminante et qui s’est annoncée délicate pour le WAC qui espère rafler le sacre et se réconcilier avec les titres.

Le comité se réunit presque quotidiennement pour étudier le prochain coach, et apparemment la politique participative est quasi-absente, chacun a sa propre définition au vocable du management sportif et de celui de la situation de crise. Ce qui est évident, c’est que chaque membre a pris l’attache d’un entraîneur isolément, commençant par Fakhir qui a émis un “OK” de principe mais conditionné surtout par l’unanimité du comité sur sa nomination à la tête de l’équipe, pour réunir les conditions optimales au travail selon lui, en passant par El Amri qui est dans un dilemme, puisqu’il est toujours sous contrat avec le MAT, et craint fort la réaction du comité d’une part et le feed-back du public Tetouani d’autre part.

Et en arrivant à Benaabicha qui était clair dès le départ, en refusant de prendre en main l’équipe première; vu ses engagements divers avec l’équipe nationale et la FRMF, toutefois il s’est dit prêt à ne déménager le moindre effort pour aider la prochaine barre technique du Wydad AC, depuis son poste de directeur technique du club.

Entre temps plusieurs CV sont arrivés au complexe Benjelloun, on parle de Charles Rossely et d’autres, mais ils ne suscitent pas l’intérêt du comité au moment où nous vous écrivons ces lignes.

Réd. par: Amine SENNOUNI