Les scandales de l’arbitrage n’en finissent pas.

maroc mountakhab wydad wac botola pro coupe monde derby winners tifo

Un juge doit être plus savant qu’ingénieux, plus vénérable qu’affable, plus circonspect que tranchant ; mais l’intégrité doit chez lui passer avant tout : cette vertu fait en quelque sorte partie de ses fonctions ; c’est proprement la vertu de son état. “

Décidément de saison en saison les scandales d’arbitrage n’en finissent pas, c’en est trop .

Chaque rencontre apporte son lot de malheureux à un championnat déjà appauvri par un niveau d’amateurisme paroxysmique. Chaque match avec sa ration de dénonciations contre le comportement douteux des arbitres dont l’impartialité devrait être l’une de leurs vertus.

Quand la FRMF avait décidé de mettre en place la VAR , on s’en est félicité, nous avons cru que cela mettra fin aux injustices subies par certains clubs et par la même occasion cela nous évitera de douter de l’intégrité de nos référés. Hélas, il n’en est rien. Bien au contraire, cela ne fait qu’empirer et le débat autour de l’impartialité des arbitres est encore une fois relancé.

L’inoubliable expérience de Radés où le Wydad fut massacré par un corps arbitral partial aurait dû nous servir de modèle et faire de notre prétendue commission centrale de l’arbitrage un modèle en matière d’intégrité et de fair-play sportif pour le continent africain, un modèle où tout bonnement l’on respecte l’éthique et les règles du football . Et surtout , un modèle où l’on favorise l’égalité des chances pour nos clubs, où l’on n’accepte pas et où l’on n’impose pas la politique de deux poids deux mesures.

Le plus inquiétant, c’est que malgré le recours à la technique de l’arbitrage vidéo les arbitres prennent des décisions contraires à l’intérêt des règles du football .

On se rappelle bien la polémique ,soulevait par l’arbitre français Clément Turpin qui a révélé que la LFP impose à ses arbitres un nombre minimum de penaltys à siffler durant la saison. On est certainement dans ce cas de figure , mais seulement au profit d’un seul club qui est le seul bénéficiaire des largesses de la FRMF, du ministère de l’intérieur ainsi que les autorités locales de Casablanca . On fait la queue pour se porter à son chevet .

Sans détour, après avoir, par le passé, permis à ce club de fusionner en toute impunité, on se permet aujourd’hui de passer à la phase deux: en faire un club à l’image de ” Traji Dawla”. Autrement, la “tarjisation” ou le “tarajisme”.

Alors, messieurs les responsables, au moins par élégance ou par grâce, évitez d’insulter notre intelligence, des choses inimaginables risquent d’arriver, les supporters des autres équipes marocaines ne succomberont pas et n’abandonneront pas leurs droits. Gare à l’effet boomerang.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here