Les raisons d’un échec annoncé

maroc mountakhab wydad wac botola pro coupe monde derby winners tifo

Après avoir occupé la première dans la quasi-totalité du championnat, avec un écart aux points assez conséquent par rapport aux poursuivants, le WAC s’est finalement contenté de la seconde place. Fallait-il s’y attendre à un tel renversement de situation ?

Que s’est-il réellement passé dans notre citadelle ?

Les avis sont départagés sur la question et chacun de nous essaie de déterminer les raisons.

Pour mieux cerner la nature du problème, il n’y ‘ est pas mieux que d’exposer de façon récapitulative tous les périples de notre équipe après le sacre de la saison passée.

Ceci nous conduit directement à parler du Mercato estival. Que s’est-il passé pendant ce Mercato ?

La première démarche entreprise par les dirigeants du WAC fut celle du désossement de l’effectif, qu’on ne peut qualifier que de décision catastrophique,c’est le moins que l’on puisse dire.

Priver l’équipe de quatre éléments clés sans avoir au préalable préparé la relève est tout simplement un acte irréfléchi. En sus,les nouvelles recrues étaient loin de donner satisfaction aux supporters . Avec une telle opération, on n’a fait qu’engraisser encore plus les agents de joueurs qui ont élu domicile au complexe Feu Mohamed Benjelloun.

Que s’est-il passé pendant la préparation d’avant saison ?

Alors que l’équipe est en stage de préparation au Portugal ,le jeune espoir Diarra prend la tangente pour signer avec un club hongrois. Encore une fois les dirigeants ont préféré passer sous silence cette affaire.   À l’heure qu’il est, on ne sait pas encore les détails sur le dénouement de cette affaire.

Entrée en compétition

La saison a commencé par une élimination de la coupe du trône, que certains ont préféré mettre sur le compte qu’elle ne faisait pas partie de nos priorités. Soit…

Le championnat fut mieux entamé avec six victoires sur sept matchs disputés, malgré que l’équipe ne s’est pas montrée trop convaincante. Au fil des matchs, on sentait une certaine fébrilité, une ligne d’attaque apathique. Vivement le mercato hivernal, pour pallier nos carences.

Les supporters

Que dire ? Une bande d’énergumènes est parvenue à priver pendant quatre matchs l’équipe de son 12e homme. Pauvre de nous, quel désastre !

Et vint le mercato et vinrent avec lui des joueurs recrutés selon des critères dont seuls nos druides connaissent le secret. C’est le début de la désillusion.

Malgré ces problèmes, l’équipe tient bon et conserve sa place de leader. C’est le Wydad .

Une décision nous tombe sur la tête

Suite à des événements auxquels le Wydad et ses supporters sont complètement étrangers, les autorités locales et le ministère de l’Intérieur ont pris la décision de fermer le stade Mohamed 5.

Que faire face à une telle décision ?

Au lieu de la contester (on a le droit de contester,on est bien dans un pays de droit, quotidiennement j’entends dire «المغرب دولة الحق و القانون ». Mieux croire au père Noel), monsieur Nassiri a préféré jouer profil bas et s’est contenté à chercher un stade pour son équipe. Certes, l’équipe était contrainte de trouver un stade pour jouer ses matchs ; mais pourquoi Marrakech ?  A-t-il pensé aux supporters et aux déplacements couteux ?

Quoi que l’on puisse dire, le championnat a pris une nouvelle tournure en se soumettant au diktat imposé par la sphère des décisionnaires.

À partir de ce moment , on s’est trouvé avec une équipe méconnaissable, excepté le match de la CL, et  un entraineur qui a complètement perdu ses repères , ne sachant plus quoi faire . Aucune rationalité dans ses choix, il a été même jusqu’à déclarer qu’il savait que son équipe allait perdre. Une déclaration défaitiste ne peut pas faire honneur à la culture anglo-saxonne. Le défaitisme est méconnu au bataillon de lèse-majesté.

Évidemment,on peut soulever d’autres points qui ont contribué à nous éloigner d’un titre qui était à notre portée.

En toute sportivité, Bravo au FUS et dima Wydad , ce n’est que partie remise.