Les erreurs répétitives

maroc mountakhab wydad wac botola pro coupe monde derby winners tifo

“On a le droit de se tromper, non de persévérer dans l’erreur.”

Le moyen le plus efficace pour progresser est d’apprendre de ses erreurs et celles des autres. Le président Akram et ses membres du comité,par incompétence ou inadvertance, n’ont jamais su intégrer dans leur logiciel désuet les nouvelles données,qui auront pu nous éviter cette situation catastrophique que nous traversions. Ils n’ont jamais jugé utile de reprendre et lister les confusions ou les erreurs pour ne plus les commettre à nouveau.

Aucun moment d’inadvertance n’est permis quand on est à la tête d’une équipe comme le Wydad; le président et son comité ont le devoir d’être à l’affut, toujours prêt à défendre les intérêts du club sans faire la moindre concession à qui que ce soit. L’intérêt du club prime.

Le commun des mortels ne cesse de dire que “l’erreur est humaine “, formulation adéquate par moment et compréhensible dans un sens, mais ne doit en aucun cas être considérée comme un moyen justifiant un échec. Lorsque la même erreur est répétée pour la seconde fois, la prudence doit être de mise, nos lanternes en alerte maximale. Jusque-là ;on est encore dans la zone de tolérance. La troisième répétition de l’erreur constitue un élément destructeur, c’est ce qui est arrivé à notre équipe. Destruction à laquelle nous avions assisté passivement, apathique. Six années du règne d’Akram constituées des mêmes erreurs, ceci aurait dû nous mettre en alerte. Six années qui ont suffi pour réduire à néant 75 ans d’Histoire. Et quelle Histoire !

Quand les Winners et les personnes bien intentionnées ont voulu nous avertir du danger,ils furent traités de tous les noms et de la cause de tous les maux. Nous leur avons prêté seulement notre oreille sourde.

Énumérer les erreurs à répétitions commises par l’incompétence de notre comité ne servira à rien, la situation dans laquelle se trouve notre équipe est largement suffisante pour en avoir une idée juste.

Pour que l’avenir nous appartienne et que nous soyons maitres de notre destin,évitons de polémiquer et d’être itératifs, la réflexion est le meilleur moyen de défier et de vaincre nos démons et ceci exige de tout mettre à table et d’ouvrir un débat dans la sérénité afin de déterminer la source des erreurs répétitives et de prendre les mesures préventives qui s’imposent.

En conclusion, le Wydad a besoin d’un homme capable de défendre les intérêts du club,ayant une connaissance des affaires dans le monde du football, et la justesse de ses vues,d’écouter les autres et de prendre les décisions qu’il faut. Un homme capable de comprendre les paroles de feu Hajj Mekour et de les mettre à exécution:

« Le Wydad plus que d’autres doit tendre vers l’excellence, car personne ne lui pardonnerait de devenir un club ordinaire ».

Abdel_Ier