L’après Akram ou un tour de passe-passe.

maroc mountakhab wydad wac botola pro coupe monde derby winners tifo

“Mieux vaut une vérité qui fait mal qu’un mensonge qui réjouit”.

Tout laisse croire que les préparatifs d’avant saison vont bon train et, tant mieux pour nous, l’intérêt du club prime.

Néanmoins, sans jouer les rabat-joie, quelques questions méritent d’être posées,ceci nous éviterait de revivre les mêmes cauchemars que les saisons précédentes.

À la lecture des nouvelles sur le quotidien de notre équipe, nous avons l’impression que c’est du dèjà vu ou plutôt du déjà vécu. Des recrutements et encore des recrutements, comme si rien n’a changé.

— Des recrutements,dont les coûts dépassent largement les moyens dont dispose l’équipe. Le Wydad continue à être une équipe dépensière,alors que l’on sait que les caisses sont vides.

— Avenir incertain pour nos propres jeunes.

Que nous sachions, un président fraichement élu commence par constituer le comité avec lequel il compte travailler, d’où la question : qui fait quoi au sein du Wydad ?

À l’heure qu’il est, aucune personne n’est capable de nous dresser l’organigramme de l’équipe dirigeante. Alors qui est le vrai timonier du navire Wydadi ?

Qui se charge des recrutements ? Qui se charge de la communication ? Qui est qui ?

Nous avons l’impression que l’ombre d’Al Akhram plane encore au-dessus du complexe Benjelloun.

Monsieur Naciri doit intégrer dans son logiciel que pour réussir dans sa tâche, il doit :

— Clore définitivement les séquences désastreuses qui ont terni l’image et l’histoire de notre club.

— Rompre avec les pratiques archaïques .

— User de tous les moyens “sportifs” pour que l’équipe retrouve sa place de leader

— Avoir le courage de prendre les bonnes décisions concernant les finances sous l’ère d’Al Akram. L’impunité n’est pas Wydadie.

— Démocratiser l’adhésion au club .

André Gide :
« L’homme ne peut découvrir de nouveaux océans tant qu’il n’a pas le courage de perdre de vue la côte. »

Dima Wydad

Abdel_Ier