Fédération Royale de Football : Le professionnalisme inachevé

2
707
maroc mountakhab wydad wac botola pro coupe monde derby winners tifo

Nul ne peut nier le développement significatif du football marocain, à travers les efforts déployés par la fédération royale de football, cette dernière qui a franchi des étapes importantes notamment durant les sept dernières années.

Rationnaliser le financement du football national, professionnaliser le football, former le corps arbitral, revoir les infrastructures…etc; sont parmi les grandes lignes du plan d’action qui a été entrepris par la FRMF depuis 2009. Ainsi la montée en cran du « Championnat national » en « Botola Pro», la compétition portera plus tard la dénomination « Botola Maroc Telecom », suite au nouveau partenariat avec l’opérateur de télécommunication Marocain « Maroc Telecom ».

Mais loin de toute allocution du président de la FRMF, Faouzi Lekjaa, le public du football marocain, que l’on a promis monts et merveilles, voit aujourd’hui ces avancées comme étant encore timides.

Un budget qui donne le vertige, pour des résultats des plus décevants
A contrario à l’époque où la fédération royale se souciait des revenus budgétaires, les caisses de l’organisation de football a vécu ces dernières années un épanouissement financier sans précédent. Surtout avec le développement de la politique de sponsoring, l’accroissement de la rentabilité des droits de transmission télévisuelle des compétitions et l’augmentation des subventions de l’état.

Pour quantifier cette évolution, le montant des investissement de la FRMF au terme de l’exercice allant du 1er juillet 2014 au 30 juin 2015 s’est élevé à plus de 61 milliards de centimes, pour faire tourner la machine footballistique au Maroc.

Pourtant, sur le plan sportif, les résultats ne suivent pas. Le changement s’opère surtout du coté de la barre technique qui est devenu monnaie courante.

Gestion improvisée, impunité et manque de contrôle
Au sein de la FRMF, le manque accru du contrôle de gestion prend toute la place. Non seulement le contrôle des dépenses financières, mais aussi le contrôle de l’application des lois et de la démocratie interne des clubs, celui-ci qui reste un enjeu très important dans la lutte contre l’impunité verticale vis-à-vis des dirigeants des clubs, encore pire, l’exemple supreme des institutions sportives au Maroc est gérée en majorité par des représentants des clubs.

Sur le volet marketing, le manque de processus d’innovation remarquable pour développer un lien de communication entre les sociétés et les joueurs locaux a fait replonger ses derniers dans un profound désaroi.

L’instance décisionnelle, l’ambigüité des verdicts
Le patron de la FRMF, déterminé depuis le début de la saison à mettre fin au phénomène des violences dans les stades, mais la décision de la commission centrale de discipline sanctionnant le WAC à jouer sans public suite à la bêtise commises par des rajaouis dans une désolante rixe au Complexe Mohammed V, il n y en a pas de plus illogiques en décision d’une instance footballistique.

Autre sujet qui suscitera quand même mille réflexions, à l’image de la fermeture du stade en pleine saison en raison des travaux et le manque de visibilité sur le lancement des travaux du Grand stade de Casablanca ou les objectifs escomptés.

En tout les cas, à cause des décisions de la fédération, les supporters de la maison rouge ont vécu une saison des plus catastrophiques du football où ils ont sillonné tout le royaume en jouant à « domicile »…

A vous de vous s’exprimer et nous dire qu’en pensez vous du bilan de fédération royale de football ?

WydadPlus.com

2 Commentaires

Comments are closed.