En profane que je suis, je reste dubitative.

maroc mountakhab wydad wac botola pro coupe monde derby winners tifo

Une vidéo circule beaucoup ces derniers temps. La vidéo suscite ma curiosité d’autant plus que le titre « vérité sur la mort du supporter Wydadi,Ayoub Nafoukhi » est très équivoque. Je lance la vidéo, la scène se déroule on le comprend à l’entrée de Rabat, quelques arbres sont plantés à côté d’un paysage désertique de terre rouge bordé par une route goudronnée où des voitures passent à toute vitesse.

Les “acteurs” en “jeu” sont des enfants courant sur la route en criant, faisant penser à une scène de guerre. Quand la vidéo avance, on voit que ces mêmes enfants s’envoient des pierres, ça m’a fait penser aux vidéos des territoires palestiniens…

La vidéo avance encore, on voit des enfants arriver de l’autre côté de la route toujours en criant et lançant des pierres.A un moment, une voiture renverse violemment l’un des enfants. Il est mort quelques jours après…

Nous admettons tous que les routes marocaines sont meurtrières, mais dans ce cas précis plusieurs éléments s’ajoutent à cela.

A titrer la vidéo la vérité sur la mort d’un supporter, on pourrait croire que c’est une victime de l’équipe adverse ou aller puiser dans des théories douteuses de conspiration… peut être même commencer à se poser des questions sur la légitimité de cette victimisation, alors qu’en fait la première question qui m’est venue à l’esprit c’est pourquoi cet enfant se trouve-t-il là ? Comment, pourquoi ces personnes-là se jettent-elles des pierres en traversant n’importe comment une route principale où il et autorisé de rouler à 80km/h ?

Oui ce jeune de 14ans reste une victime, une victime de la société, une victime de la frustration subie à tous les niveaux, une victime de l’absence de sensibilisation, une victime de l’absentéisme de ses parents, une victime de l’absence d’une politique pour la jeunesse -ministère de la Jeunesse et des Sports dites-vous ?! –

Il n’y a pas un seul coupable. C’est un problème de politique générale… Où est l’Etat ? Où est la police ? Où sont les parents ? Où sont les enseignants ? Où est la société civile ? Où sont les enceintes de jeux et d’épanouissement pour les adolescents ?…

En profane que je suis, je reste dubitative.

H.L