En attendant un Wydad conquérant

maroc mountakhab wydad wac botola pro coupe monde derby winners tifo

Après la belle victoire face à Eleven Invincible sur le score de 4-1 , les supporters se demandent quel visage nous montrera le Wydad lors du Classico face aux FARs et pour le reste du championnat.

Face aux joueurs libériens, encore novices sur le plan continental, on a pu constater que les joueurs Wydadis n’ont à aucun moment été mis à rude épreuve. Certes, une victoire est toujours bonne pour le moral de nos joueurs ,mais il faut reconnaitre que les joueurs libériens ne sont pas des foudres de guerre.Malgré le score large, il n’y’a pas de quoi manifester notre joie jusqu’à l’euphorie.

Nous pouvons néanmoins remarquer que Benitto a mis en place deux stratégies, la première concerne le championnat,où il a misé sur un schéma tactique défensif en privant l’équipe de ses avants-centres. Stratégie qui a laissé les supporters dans un état dubitatif sur les capacités de Benitto à gérer une équipe complètement déboussolée suite aux différents problèmes auxquelles elle fut confrontée depuis la finale ratée bêtement face aux Tunisiens.

La seconde stratégie est pour la compétition africaine,où les joueurs clés retrouvent leur statut de titulaire. En intégrant des joueurs comme Yajour et Lys deux avants-centres de métier et malgré le manque d’un fonds de jeu, le Wydad retrouve un jeu plus offensif et plus attrayant.

Après un tel choix, les supporters se posent la question : en optant pour la première stratégie dans le championnat, Benito n’a-t-il pas grillé toutes nos chances d’intégrer le groupe de tête et de nous qualifier pour un des titres africains ?

Peu importe la réponse à cette question. Nous devrions comprendre que le temps est l’élément nécessaire pour construire une équipe d’avenir, mais le temps doit être géré et véhiculé par une stratégie novatrice, car en l’absence de cette dernière, le Wydad de ses dernières années a énormément perdu de son aura. Les temps de stratégie bouche-trou et de politique de colmatage sont révolus.

Il faut aussi reconnaitre que notre impatience, notre soif des victoires et des titres nous ont fait oublier notre école jusqu’à marginaliser nos jeunes.Cette école qui a fait notre fierté, qui a produit les meilleurs éléments du royaume. Nous l’avons délaissée,à tel point que Le Wydad est devenu dépendant des aléas que peuvent engendrer les recrutements.Notre statut de club formateur est renvoyé aux calendes grecques.

Face à un tel délaissement,quelle réaction auraient dû manifester nos anciennes gloires et tous ceux qui ont contribué à l’éclosion de jeunes talents Wydadis ?
Ils auraient surement manifesté leur mécontentement face à une telle attitude.

Tout souhait de Wydadi est de revoir son équipe se revêtir du blason qui lui revient grâce à son glorieux passé, mais comme le disait François Mitterand :
“Laissons le temps au temps “

En attendant un Wydad conquérant sur le plan national et africain, contentons-nous de bâtir dans le plus grand sérieux l’avenir de notre équipe.
Dima Wydad

Abdel_Ier