Dossier: Football et nationalisme

maroc mountakhab wydad wac botola pro coupe monde derby winners tifo

Maroc “Le patriotisme, c’est aimer son pays. Le nationalisme, c’est détester celui des autres.”
Charles de Gaulle

Après la victoire et la qualification du Maroc pour la CAN et l’euphorie collective qui s’en est suivie, on ne peut que s’interloquer sur le degré de notre nationalisme que nous manifestions consciemment ou inconsciemment à la suite d’un tel événement. Est-ce que par le biais de l’équipe nationale s’exprime librement le besoin d’identification et de fierté nationale?

Le football est assurément le sport qui a connu la propagation planétaire la plus fulgurante. En quelques années seulement il est devenu le sport-roi que certains n’hésitent pas à le désigner comme étant l’une des plus belles conquêtes de tous les temps.

Le football a vu le jour en Angleterre, à l’époque de la naissance de l’ère industrielle et du capitalisme. Très vite, les propriétaires d’usines anglais comprennent les avantages que pourra leur procurer le foot : union plus forte entre les ouvriers et renommée de leur entreprise,c’est ainsi que naissent des clubs prestigieux. À la lecture de l’histoire du football, on a le sentiment que sa propagation à travers le monde a été planifiée selon un schéma préétabli qui rappelle le plan Schliffen, mais sur un échiquier plus grand. Telle une pieuvre,il a lancé ses tentacules dans toutes les contrées du monde.Rien n’est le fruit du hasard. La conquête finale s’est parachevée grâce à une arme terrifiante, la télévision.

Le football est lié à l’idéologie du libre-échange,ses premières années sont considérées comme étant l’ère du cosmopolitisme qui malheureusement par la faute de la Première Guerre mondiale se transformera en ère des nationalismes.

Les responsables politiques l’ont vite compris, le football est un véritable reflet de la société, il est populaire, universel,c’est un ensemble composé de solidarité, camaraderie, virtuosité, volonté, mais aussi de violence, agressivité, fanatisme, tricherie, nationalisme. Alors, pour l’homme politique , pourquoi ne pas exploiter cette nouvelle arme ?

N’omettons pas que si le foot permet de consolider le sentiment national, il peut servir aussi à anticiper une reconnaissance diplomatique.Ce fut le cas avec notre équipe. Avant l’indépendance du Maroc, les nationalistes marocains ont créé le Wydad avec des joueurs marocains,le but était de sensibiliser le peuple marocain sur sa propre situation, ainsi que l’opinion internationale sur le calvaire que subissent les Marocains dans leur propre pays,où ils sont traités comme des citoyens de seconde zone.

Dans certaines parties du monde, le football a également joué le rôle de catalyseur des identités régionales. À titre d’exemple,l’Athletic de Bilbao n’acceptait de transférer que des joueurs qui peuvent faire prévaloir une ascendance basque,les Catalans qui réclament leur indépendance lors du dernier grand Classico. Et chez nous,l’on se rappelle le fameux match CRA-WAC .

Certains événements qui se sont produits dans les stades furent révélateurs sur le rôle que le football peut jouer comme élément annonciateur des conflits à venir. Les affrontements entre les supporters croates du Dynamo de Zagreb et les Serbes de l’Étoile rouge de Belgrade préfiguraient le déchirement des Balkans. De même, le divorce tchécoslovaque était prévisible déjà au travers des heurts violents des années 80 entre le Sparta de Prague et le club Slovan de Bratislava.

Le foot, c’est plus que du sport, c’est un fait social, une fenêtre grande ouverte sur nos sociétés.

Dima Wydad
Abdel_Ier