Dossier: Football ,argent et transparence

maroc mountakhab wydad wac botola pro coupe monde derby winners tifo

Agent et Football

Le manque de transparence ainsi que l’absence d’agence sportive, spécialisée dans le contrôle de la gestion, ne nous permettent pas de nous faire une idée précise sur les montants exacts qui circulent dans la sphère footballistique marocaine. Montants des transferts, montants des salaires (joueurs,entraineurs),ainsi que les revenus dégagés par les grandes compétitions africaines ou celles des droits de TV.

En l’absence d’un organisme habilité à récolter des données permettant de mieux contrôler de manière transparente et efficace la gestion des clubs sur le plan financier, les responsables du football marocain se trouvent dans une situation d’impuissance par rapport aux défis qu’impose le monde du football.

En l’absence des outils d’étude,on ne peut dresser un tableau d’appréciation sur le potentiel économique énorme et l’engouement important suscité par le football dans notre pays.

En l’absence de transparence,qui peut éclairer les communs des mortels que nous sommes sur les aspects économiques du football : droits audiovisuels, billetterie, transferts, produits et charges d’exploitations des clubs ?

En sus, comme chacun de nous aurait pu le constater, au niveau des instances footballistiques marocaines et des clubs, soulever un débat sur un tel sujet est devenu pratiquement un tabou. Tous les acteurs concernés prônent un discours sans équivoque sur la nécessité d’instaurer la transparence, mais en réalité, rien n’est fait pour qu’un jour cela aboutisse.La transparence, ce n’est pas pour maintenant.

En bref,avec toutes les carences dont souffre notre football,s’aventurer à établir un diagnostic serait une perte du temps, comme le disait l’expression marocaine:”c’est verser de l’eau dans le sable”. Alors,contentons-nous de voir ailleurs, là où la transparence est de mise,dans l’espoir qu’un jour nos responsables prennent conscience de l’importance que cette dernière peut jouer dans le monde du sport en général.

Comme le disait Sepp Blatter,le football est d’abord un spectacle,on ne sait jamais comment un match va finir , on y ‘ trouve les principes de la tragédie grecque classiques:unité de temps, de lieu et d’action. Certainement,le magnat qui règne sur le football international a volontairement évité d’ajouter le quatrième principe, celui des temps modernes, l’ARGENT.

G.Maupassant avait-il raison de dire :
“Le grand combat, aujourd’hui, c’est avec l’argent qu’on le livre ” ?