Conférence de la CCA: des pieds nickelés à l’œuvre

maroc mountakhab wydad wac botola pro coupe monde derby winners tifo

Platon :”Le plus grand mal , à part l’injustice, serait que l’auteur de l’injustice ne paie pas la peine de sa faute

Après la piètre sortie médiatique du président de la FRMF , on ne va pas se contenter de dire que la montagne à accoucher d’une sourie et en rester là. Plus de quarante minutes de paroles, pour finalement s’en rendre compte qu’au Maroc le ballon de football n’est pas rond, il est d’une forme géométrique très complexe, un ballon multiface polyédrique. On comprend mieux le désarroi de nos infortunés référé qui n’arrivent pas à faire la distinction entre un plongeon et un croche-pied.

A priori, la conférence aurait dû être dirigée par les membres de la commission des arbitres à qui revenait la tâche de nous éclairer sur les erreurs à répétitions commises par les arbitres qu’eux-mêmes désignaient et sur le dysfonctionnement de la technique vidéo pour laquelle des sommes colossales ont été dépensées.

Convenons d’abord que cette sortie orchestrée à la manière des pieds nickelés reste néanmoins une confirmation de l’existence d’un défaut majeur et d’une corruption manifeste dans le système d’arbitrage.

D’une part, Monsieur Lakjaa, exigeait que les comptes rendus émis par les contrôleurs de match ne doivent en aucun cas se résumer à un RAS (rien à signaler) et d’autre part, il n’a cessé de nous marteler sur l’autonomie dont doit bénéficier la commission des arbitres. Cherchez l’erreur.

Sur un ton artificiellement sincère et menaçant et en sus d’un “suivez mon regard”, le président de la FRMF déclarait que tous ceux qui se plaignent de l’arbitrage sont ceux qui n’ont pas réussi. C’est ce qu’on appelle l’art d’inverser les rôles. Le plaignant au banc des accusés et l’accusé dans le rôle de la victime. Même Sun Tzu et Nicolas Machiavel s’en seraient inspirés de ce tour de passe-passe et auraient applaudi cette prouesse les mains sur le cœur.

Nous comptions sur cette conférence pour désigner les choses par leur nom, on s’attendait au moins à un peu de responsabilité et de rigueur et pourquoi pas un peu de neutralité et d’objectivité. Hélas, nos pieds nickels ont su orienter le débat dans le sens contraire des aiguilles d’une montre.

 Revisitons un passé tout récent, le boss de la FRMF demandait aux équipes de tenir compte de la situation des arbitres, et c’est lui qui est entré sur le terrain pour défendre son équipe,la RSB, ainsi que l’équipe nationale, lors de son match contre l’Espagne en Coupe du monde. Encore une duperie, faites ce que je dis et ne faites pas ce je fais .

Nous avons suivi le regard de Monsieur Lakjaa et nous sommes parvenus à identifier sa cible . Et comme nous sommes la cible, nous lui disons que l’équipe que nous défendons est la plus titrée et la plus prestigieuse du Maroc et qu’il est de notre droit de réclamer justice ; nous ne renoncerons jamais à dénoncer les injustices et que notre rôle ne se limite pas et ne se limitera pas seulement à remplir les stades à encourager l’équipe.

En tous les cas, on a fait sortir le très méchant de sa tanière et on l’a contraint à se manifester, même si on savait d’avance que sa sortie aura pour but de soigner l’image de l’instance qu’il dirige et de tout ce qui en émane.

A la moindre dérive, on répondra présent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here