Coach et joueurs: Un WAC perdu !

maroc mountakhab wydad wac botola pro coupe monde derby winners tifo

L’état catastrophique ne veut pas quitter le club le plus titré du Royaume, si la FRMF a dévoilé la somme d’argent que doit au WAC et qui avoisine trois milliards de centimes, résultat de plusieurs dettes accumulées, des infractions, et des frais de formation de certains joueurs etc., le club est touché encore par un nouveau phénomène d’immigration de ses joueurs cadres et jeunes, aux clubs qui ont des dirigeants avisés, et qui travaillent surtout l’intéret de leur club, dans le contexte d’une phase décisive de mercato avant de commencer les préparatifs officiels à la saison prochaine, alors que El Akram et co ne sont arrivés meme pas à déterminer une date fixe à l’assemblée générale du club, et qui devrait annoncer, le nouveau président de la section de la balle ronde pour les quatre années prochaines.

Entre temps, les agents des joueurs profitent à mieux de l’occasion, et en absence de tout contact avec les dirigenats du WAC pour prolongation decontrat ou autres, pour chercher d’autres horizons, par exemple le jeune talentueux, Taoufik Ijrouten a paraphé aujourd’hui, un contrat de deux saison en faveur de ‘AS-FAR , Said Fattah et vu le silence qu’il entend dans le circuit des négociation pour un éventuel prolongement, a déjà commencé à fixer les choses avec les dirigeants du RCA, Houassi et Berrabeh seront peut etre les prochaines transactions du club militaire, de surcroit de Ayoub El Khaliqi ayant déclaré à l’hebdomadaire “Al Mountakhab”, qu’il ne pourra en aucun cas rester avec le Wydad, meme si en contrepartie d’un chiffre astronomique.

Mais bien avant les joueurs, le coach est une autre problématique épineuse du club, puisqu’il faut trouver l’homme capable de relancer le club sur les bons rails, en dépit des obstacles qui parsèment son chemin, sur ce registre,deux noms candidats à ce poste, ne sont plus en lice, vu que des clubs marocains se sont attachés leurs services, en l’occurrence Benchikha et Chehata.

Réd.par : Amine SENNOUNI