Chronique – Heureusement que le ridicule ne tue pas

<Font size=+3><I>Chronique</I> </font> - Heureusement que le ridicule ne tue pas | Wydad Athletic Club - Actualité / News du WAC - أخبار الوداد الرياضي

On ne sait vraiment plus s’il faut en rire ou en pleurer. En dépit de moult rénovations, le complexe Mohamed 5, berceau des souvenirs, bon ou mauvais des clubs Casablancais, comme de l’équipe nationale, est au jour d’aujourd’hui dans un état que nos cœurs ont du mal à supporter.

En réalité, ce monument du football national souffre des maux récurrents qui caractérisent ce pays. La malhonnêteté et la mansuétude coupable. Comment les gradins d’un stade qui a subi des reliftings à souhait a-t-il pu être débordé par de la flotte un jour de pluie ? Certes les intempéries de samedi dernier étaient pour le moins, très impressionnantes, mais c’était justement l’occasion de faire montre de la qualité des infrastructures après rénovation. Que Neni. Les hommes, femmes et enfants installés du coté “Tribune”, ont eu la mauvaise surprise de voir une conduite d’eau péter au-dessus de leurs têtes comme le prouve les nombreuses vidéos partagées sur les réseaux sociaux. Avec la cascade d’eau qui ruisselait entre les sièges des spectateurs, on se serait cru dans un parc aquatique. Soit, une situation aux antipodes du confort que le prix des billets aurait dû leur offrir dans cette zone précise.

En tendant récemment une oreille attentive aux ondes des radios marocaines, on pouvait entendre ici et là, que l’explosion de ladite canalisation est d’origine humaine. Ah bon ? Donc si l’on comprend bien, un spectateur aurait décidé d’inonder les gradins sur lesquelles son arrière-train sec était posé. A moins que l’on ait affaire à un fou, cette explication ne tient pas la route. Mais bon ok . Avalant la pilule. Qu’à cela ne tienne. Alors dans ce cas, le ou les responsables qui a débité cette crétinerie sans nom, n’a t’il pas, à un moment donné, réfléchi au fait que cette argumentation d’un ridicule absolu, constitue en soit un élément à charge. Depuis quand les canalisations se trouvent elles en plein air ? Et puis franchement, l’installer au dessus des gradins. Franchement !!! Bref, on nous prend pour des cons.

Attendez, ne partez pas, le sketch ne fait que commencer. Le plus drôle est à venir (enfin non c’est dramatique, mais sincèrement vaux mieux en rire). Il y a quelques semaines, on nous annonçait une énième fermeture du complexe Mohamed 5. Devinez pourquoi ? On vous le donne en mille, une énième rénovation. Marrez-vous. Ne vous retenez surtout pas. Cette fois-ci, c’est la pelouse qui a besoin d’être changée. Pour le coup, très bonne idée. Par contre, si l’on en croit les résultats des rénovations antérieures qui concernaient les espaces sanitaires, les gradins ou encore l’éclairage, on doit vous avouer que l’on reste sur notre faim. Les toilettes sont dégueulasses, les gradins extrêmement inconfortables et leurs couleurs, infamantes. Puis on vous évitera notre humeur sur l’éclairage qui n’a de soft que de nom, et dont le rendu à la télévision vous donne envie de l’éteindre sans hésitation. Ou encore, les murs intérieurs et extérieurs qui auraient bien besoin d’un ou de plusieurs coups de pinceaux. C’est clair, on nous prend vraiment pour des cons.

Pour l’instant, la fermeture de l’ex stade d’honneur (qui n’as plus d’honneur que de nom d’ailleurs, au même titre que les supporters qui y prennent place, tant les conditions d’accueils sont inhumaines) a été repoussée le temps d’y tenir la finale de la coupe des confédérations africaines et le match Maroc-Cameroun, comptant pour la 5ème journée des éliminatoires à la CAN 2019. Après ce sera au tour des sociétés de développement de Casablanca de prendre les choses en main, comme d’habitude. Et c’est le nœud du problème. Ce sont les mêmes SDL qui ont toujours eu les coudées franches. Qu’elles fassent leur travail correctement ou pas, personne ne s’en émouvra dans les hautes sphères décisionnelles et notamment le Conseil de la ville, qui brille par son manque de contrôle et de suivi.

En tout cas, on peut être sur et certain de deux choses. Tout d’abord, de la malhonnêteté de ceux à qui la réfection du stade a été accordée. Depuis le temps que l’on nous promet une enceinte avec des installations de haut niveau et modernes, il s’agit à présent de ne plus trop y compter. Et ensuite, de la mansuétude coupable des autorités compétentes, pour qui le contrôle n’est pas une priorité. Et ce n’est pas la naïveté de certains médias, relayant un sondage absurde selon lequel le complexe Mohamed 5 est le 16ème plus beau stade au monde, qui va changer notre perception des choses. Nous ne sommes pas dupes. Maintenant charge aux clubs de Casablanca d’investir dans des stades qui leur seront propres. Car c’est là qu’est la solution. On aura beau changer la pelouse, rénover les gradins ou autres, tant qu’il y aura un stade pour deux clubs et une sélection, rien ne pourra révolutionner la dure et amère situation du complexe Mohamed 5.