Chraibi Vs Naciri: La campagne à la présidentielles du WAC a commencé.

maroc mountakhab wydad wac botola pro coupe monde derby winners tifo

Au moment où le WAC est arrivé à un niveau lamentable et catastrophique, de management, avec les résultats résumant toute la modestie qu’on ne peut pas rencontrer dans les clubs de la seconde division ou du championnat amateur sans hyperbole.

La campagne électorale pour la présidence du club a l’air de commencer, contre les éventuels adversaires sur la ligne de départ, et il s’agit évidemment du successeur voulu, en allusion à l’homme soutenu par l’actuel président El Akram pour prendre les rênes du club, et qui n’est autre que son vice-président, Said Naciri, qui s’est livré dernièrement à la presse, au sujet de son programme pour un meilleur décollage du WAC la saison prochaine, en insistant sur l’affaire des recrutements, avec l’arrivée des meilleurs pièces dans le championnat (Naim, Jahouh,Boukhriss…), à l’instar du projet introduit par le rival, le RCA.

Dans l’autre coté de la rive, on trouve le leader du mouvement réformiste, ayant conduit tout un lobbying sur El Akram pour l’obliger à quitter, Chraibi et les anciens joueurs et dirigeants du WAC, véhiculent à leur part une promesse qui s’est éloigné du onze du groupe, en mettant à la tête des priorités le choix du coach , et qui est la clef des résultats selon eux, et le responsable après des recrutements qu’il recommande, le nom qui fait écho, c’est Abdelhak Benchikha, l’actuel entraîneur du DHJ, jugé par Chariabi rigoureux, dynamique et travailleur, et des contacts ont été déjà noués avec cet homme, pour le faire venir au WAC, selon des sources proches de Chraibi, les deux parties sont parvenues à trouver un terrain d’entente de principe, comme ils ont discuté de quelques aspects, notamment le salaire, et qui devrait atteindre le seuil de 30 millions de centimes par mois, si tout va bien évidemment !

Des campagnes c’est bien…. Mais attendons-nous à une vraie démocratie des grands esprits, des urnes, et de l’intérêt public, ou une autre pièce de théâtre réalisée par les opportunistes et qui quoiqu’ils quittent, ils doivent tout fausser!

Réd.par : Amine SENNOUNI