CAF CUP (3é J): Le Wydad AC à la chasse du leader

maroc mountakhab wydad wac botola pro coupe monde derby winners tifo

Pour le compte de la troisième journée du groupe « B » de la coupe de la confédération africaine, le Wydad AC s’est déplacé hier à Bamako, pour affronter sur la pelouse du stade Modibo Keita, la formation Malienne de l’AC Djoliba.

En effet, tenus en échec à domicile par le Stade Malien, dans une rencontre sur laquelle beaucoup de choses ont été dites et écrites, les protégés du coach Ibérique Benito Floro, qui se trouvent à deux points de l’AC Djoliba, vont disputer dimanche à partir de 16 h00 (GMT), l’une des rencontres les plus difficiles devant le leader et chez lui.

 Certes, cette opposition est loin d’être déterminante, mais le Wydad AC est dans l’obligation de revenir avec le meilleur résultat possible ; une façon de rester dans la course, pour une place qualificative au carré final de la Coupe de la Confédération Africaine de football.

Découvrez un florilège des déclarations des joueurs du Wydad AC juste avant leur voyage à Bamako :

Jawad Issine : « Prêts à faire chuter le leader chez lui »

« Notre mission à Bamako ne sera pas de tout de repos, vu que l’équipe de l’AC Djoliba sera  plus avantagée que nous, puisqu’elle évoluera devant son public. Mais je peux dire que nous comptons réussir un gros coup en faisant chuter le leader du groupe dans son enceinte».

Yassine Lekhal : « Le WAC doit réussir l’essentiel : ne pas perdre »

« Franchement, nous visons cette saison la plus haute marche du podium africain et pour cela, il faudra jeter toutes nos forces dans la bataille pour éviter la défaite, tout en usant de l’arme des contres,en vue de ramener les trois points de la victoire».

Youness Houwassi : « Je souhaite un arbitrage à la hauteur »

« C’est un  match difficile, que nous aurons à jouer sur la pelouse du stade Modibo Keita. Cela paraît peu évident au regard de notre dernière production au Complexe Mohamed V, mais tout peut arriver avec la volonté qui anime le groupe. Pourvu que l’arbitrage soit à la hauteur ».

Abou Nadir