Aux grands maux,les grands remèdes

maroc mountakhab wydad wac botola pro coupe monde derby winners tifo

Jacques Brel:
“On a beau faire on a beau dire
Qu’un homme averti en vaut deux
On a beau faire on a beau dire
Ça fait du bien d’être amoureux”

Et oui, on est amoureux de notre Wydad

Les années se succèdent et se ressemblent. Des années marquées par des échecs sur tous les plans, ainsi se résume l’ère du président Al Akram.

Le plus grand esprit scientifique, Albert Einstein a pourtant décrit ce genre de situation comme étant de la folie :

« La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent ».

Je me rappelle m’être interrogé :

“Quelle sera notre réponse, quand les générations futures nous demanderont,ce que nous pensions de l’ère d’Al Akram » ?

Au vu de ce que nous avions vécu hier face au FAR ,revenir à la charge avec une telle question et essayer d’y répondre me parait dérisoire. Après cette nième affliction servie aux supporters,la réponse est évidente.

Gestion de l’effectif, joueurs faisant preuves d’indiscipline et de clanisme,incompétence des coachs,incompétence des membres du comité,laxisme, formation,etc. Toutes ces problématiques ont alimenté nos débats et surgissent chaque saison au point d’en devenir une règle immuable chez nous. C’était notre façon à chacun pour essayer de comprendre les raisons de la crise que traverse notre équipe.

Tabula rasa

Au risque d’être répétitif,un ami dans un récent commentaire m’avait signalé :”Notre équipe va mal et c’est pour cela qu’on est inquiet ” . Une inquiétude justifiée. La situation peu glorieuse que traverse notre grande équipe nous incite encore une fois de plus à essayer de comprendre les raisons ayant conduit à un tel échec.

Certains de peur d’affronter la réalité avançaient comme argument, il faut songer à garder la stabilité pour l’intérêt de l’équipe. Certes,c’est un argument des plus valables. Or, pour assurer la stabilité, il nous faut en premier lieu construire des bases stables en éliminant toutes formes de nuisibilité et toutes les idées fausses n’ayant aucun attrait avec nos projets et nos appétences.

Il conviendrait ainsi de faire table rase, de se reconstruire une nouvelle culture footballistique, stable et vraie.

Instaurer une nouvelle culture au sein de notre grand Wydad est une urgence et pour y’ parvenir il faut couper le cordon ombilical avec tout le système culturel qui a prévalu depuis des années et qui est devenu désuet,il faut mettre l’intérêt du grand Wydad au centre de nos réflexions. Il faut mettre tous les atouts de notre côté pour intégrer le cercle des grands clubs africains et ceci nécessitera en premier lieu la mise en place d’une nouvelle culture de gestion basée sur la bonne gouvernance et la transparence. Sinon on restera pour toujours là où nous en sommes, au point mort,à nous lamenter misérablement notre sort.

Dima wydad

Abdel_Ier