Achraf Dari, l’étoile montante

Achraf Dari, l’étoile montante | Wydad Athletic Club - Actualité / News du WAC - أخبار الوداد الرياضي
Le joueurs Wydadi Achraf Dari - Convoqué par Hervé Renard

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Cette maxime sied parfaitement à Achraf Dari. Suite aux forfaits sur blessure de Ziyech (ischio-jambiers) et Hafidi (quadriceps), Hervé Renard, le sélectionneur national, a décidé d’appeler le défenseur Wydadi, en prévision des matchs comptant pour la 3e et 4e journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations 2019.

Si sa convocation en lieu et place de deux milieux offensifs manque de logique d’un point de vue structure de liste, elle est beaucoup plus légitime au vue du talent ainsi que du niveau affiché par le natif de Casablanca, à chaque fois qu’il a été titularisé cette année. Entre calme, sérénité, relance soyeuse et placement quasi-parfait, la nouvelle star montante du WAC est promise à un avenir radieux.

Formé au Wydad de Casablanca, Achraf Dari a du sang Rouge et Blanc dans les veines. Au fond, on s’en doutait un peu à la lumière de la détermination qui brille dans ses yeux, accompagné d’un amour pour le maillot, qu’il ne cesse de diffuser sur les réseaux sociaux, lequel a été entretenu depuis ses plus jeunes âges, à l’instar de celui qu’il voue pour l’équipe nationale. Passé par toutes les catégories des jeunes en sélection, sa convocation est une évolution qui va dans le sens de son histoire avec l’équipe national. D’autant plus que jusqu’à maintenant, ses expériences sous le maillot des lionceaux de l’Atlas ont été couronnés de succès. Troisième du Tournoi de Montaigu en France (2015) et médaillé d’or des Jeux de la Francophonie, deux années plus tard, en Côte d’ivoire.

Valeur sure en espoir, Achraf Dari le devient de plus en plus au sein du onze Wydadi. Lancée dans le grand bain l’année dernière par Amoutta puis Benzarti, Dari a également les faveurs de René Girard, son actuel entraineur.

Lors de ces dernières titularisations cette saison, il a été bien au-dessus de ses concurrent en défense centrale. D’ailleurs depuis qu’il compose la charnière centrale avec Comara, l’arrière garde du Wydad a retrouvé une certaine stabilité. Une impression confirmée par la dernière rencontre en date. Une mauvaise nouvelle pour Aarab, qui a longtemps été un fardeau pour ses coéquipiers tant il a été en dessous de tout, souvent dépassé par les évènements, à cause notamment d’une forme en point d’interrogation. Achraf Dari quant à lui fait preuve d’un dynamisme qui n’a pas laissé insensible le staff de l’équipe nationale. Mais pas que. Car il a également fait la démonstration d’un large éventail de qualités. A commencer par une relance précise, surtout sous pression. Cela ne veut pas dire qu’il prend des risques, bien au contraire. Il n’hésite jamais à balancer le ballon en tribune. Certes ce n’est pas beau à voir mais ça a au moins le mérite d’être efficace. Autres qualité, son sens du placement et sa lecture aiguisé du jeu adverse. Souvent aux aguets, il prend souvent la bonne décision. Quand il faut cadrer, il cadre, quand il faut harceler, il harcèle et quand il faut gicler devant son opposant pour couper la trajectoire du ballon, il le fait également.

En lisant ces quelques lignes, certains penseront que nous sommes en présence d’un futur maldini, chellini ou autres Bonnuci. Mais calmez-vous, pas d’enflammade. Surtout pas. En dépit de toutes ses qualités, d’une part il faut relever que son jeune âge lui joue des tours au niveau de sa concentration, et d’autres parts, un passage par la salle de musculation ne lui ferai pas de mal contrairement à ses futurs adversaires. Rien de bien inquiétant. Cette marge de progression est en même temps un aveu d’admiration pour un joueur d’à peine 19 ans, dont l’expérience dans le groupe des lions de l’Atlas lui sera d’une grande utilité, bien qu’il y ait peu de chance qu’il soit titularisé.