wydad champions league ahly

Dans sa livraison du 29 septembre, le quotidien « Assabah » a dressé un portrait sur le parcours atypique de Badr Gadarine, la jeune pépite du Wydad Athletic Club, qui fêtera le 20 Octobre prochain ses 20 ans. 

Même s’il ne parvient pas à passer les différents tests, pour faire partie des jeunes des différentes catégories du Club, le gamin de l’époque le répète à l’envi et à qui veut l’entendre : Prendre place dans l’effectif des Rouge et Blanc.

Adolescent, Badr Gadarine ne désespère guère et insiste pour intégrer les Espoirs du Wydad Athletic Club, entraînés dans le temps par Moussa N’daw et Hicham Louissi.

N’ayant pas tapé encore une fois dans l’œil de ses superviseurs, il poursuit son entraînement individuel, tout en demandant aux encadreurs du WAC d’intervenir auprès des Responsables de l’Ecole de Rahal de Football, afin qu’il suit des séances de musculation à titre gratuit, dans la perspective de  se développer physiquement.

Grâce à sa patience et sa persévérance, le jeune Badr Gadarine comble  un déficit dans l’impact qui lui manquait et réalise des progrès fulgurants. Il réintègre  la catégorie des Espoirs, lui qu’il n’a jamais pu côtoyer ses pairs dans les catégories des « Minimes », « Cadets » et celle des « Juniors ».

Petit à petit, Badr Gadarine sort de la zone d’ombre, parvient à attirer la lumière et commence à se faire un nom. A 19 ans, le jeune Badr est « découvert »  et sa carrière suivra une pente ascendante qui le mènera d’abord à l’Equipe première du WAC, puis à l’Equipe Nationale U20, ou il devient même le capitaine.

Le jeune Badr, s’illustre avec ses coéquipiers en remportant le  19 eme titre du WAC et gagne avec la Sélection des U20 la médaille d’or des Jeux de la Francophonie, qui s’est déroulée en Côte d’Ivoire.

Aujourd’hui, il rêve de s’adjuger la Champions League Africaine avec son Equipe de cœur, avec laquelle il a atteint le stade de la demi-finale.

 « L’histoire du jeune Badr Gadarine mérite d’être connue de tous, car nombreux sont les joueurs, pour qui le rêve de devenir footballeur a suivi une trajectoire sinueuse. Mais la persévérance, la patience et la rigueur dans le travail ont fini par payer », a conclu l’auteur de l’article.

RedStorm