Frimija frémit, j’avoue, mais le WAC le fit.

Géante victoire de prestige face au géant du territoire des vestiges.

Les cairotes étaient cuits dans le chaudron du complexe surchauffé.

Le stade donneur de leçon en termes d’ambiance.

Au bord de la mer et même de la mort, le virage Nord mord.

Ce n’est pas la mer morte mais la mer mord.

C’est la corniche qui dit vague (même sans eaux) pas un caniche qui divague (car sans os).

Hors norme at home et dehors au nome du Nord !

L’arène du port d’Alexandrie.

Déchante encore, même Mamelodi.

Tenant du titre dans le refrain sans alexandrin.

C’est du hiéroglyphe là !

Pas du poème de Bohême de chez Gipsy (de chez le psy).

La différence s’est un peu faite dans le Delta.

Un nul pas vierge sur les berges du Nil.

Le Wydad a joui d’aide en live de la part du public.

Lui qui jouait dead or alive son rôle de déclic.

Les rouges et blancs aiment battre les verts de rage.

Car faut dire que l’adversaire ragea de perdre.

On nota le manque de fair-play de Badri (coach de Ahly).

Badri, tu t’abrites derrière l’arbitre car ton rouge national loupa le titre.

Cependant son manque de flair plaît aux bedaoui, pardi !

Défense d’arroser la pelouse !

La seule chose à mouiller au Donor (stade d’honneur) c’était le maillot.

(Au Döner c’est la mayo aussi).

Voilà la réponse de celui qui était pris en sandwich.

C’est sec mais c’est grec et c’est surtout que Bab Marrakech va chanter.

Voilà la touche défensive du pensif coach de Attouchi.

La touche est collée !

Ça chavire de bonheur même si tard !

Ce n’est pas la proue à la poupe mais les preux à la coupe.

C’est gênant de voir le géant d’Afrique (géant de fric) ne pas se préoccuper de sa défense.

A ciel ouvert, les tuiles du Sahel le trompèrent énormément.

Et l’empêchèrent d’y voir clair lors de la revanche à la belle étoile.

Rappelez-vous de ses soucis chez les soussiens.

Ou quand l’ogre faillit partir sans dessus de Sousse.

Tout avait failli capoter pour les Coptes.

Eux qui venaient de passer le cap de l’Espérance sans perdre le Nord.

Voilà comment le sphinx se cassa le nez devant l’ainé de Casa.

L’ainé aux dents longues car jouant sur la défense de ses mailles.

Dantesque de logique dirait un dentiste pour ce patient !

On dit que la meilleure défense c’est l’attaque.

J’ai vu que la meilleure défense c’est la tactique du WAC.

On démontre qu’une tactique qui ne perd va de pair avec le tic-tac des montres.

Et en contre-attaque le WAC ça claque tandis que l’autre se craque.

Tic-tac, je vous aiguille, je pique en attaque et je tacle quand je me braque.

Et ne parlez pas de braquage mais de braves en cage.

En cage on ne peut pas voler alors ne vous dérobez pas !

Sachant cela ils n’ont pas joué les zélés.

D’ailleurs beaucoup autour craignirent pour la crinière de leurs poulains.

Je ne suis pas très à cheval en parlant de poulain au lieu de fauve.

Pas loin des hauts lieux des fauves, l’Atlas !

Car les fauves étaient bien en cage, dans l’arène, devant le roi.

Les lions qui ont un peu rougi au début ont rugi à la fin.

Car on rugit toujours à la faim.

Et pas qu’en savane même quand ça vanne.

 

Rédaction : wydadi34000