Selon les informations parvenues du complexe Benjelloun, Le sort de Decastel semble scellé, le départ du suisse parait imminent suite à une série de résultats et prestations catastrophiques.

Le signale d’alarme

Nous nous rappelons tous de cette défaite face au Mouloudia à Alger, une défaite qu’a sonné l’alarme et a montré les défaillances techniques de l’équipe en plus du manque de professionnalisme d’une majorité de joueurs soit disant PROs. La façon dont le coach et les joueurs ont géré cette rencontre reflète le manque de sérénité ainsi que le manque de symbiose entre le capitaine du navire et ses matelots. Ce match nous a démontré par A+B que les prémisses d’une grande équipe constatés lors des matchs précédents sont bien trompeurs et que la rage de vaincre lors d’une rencontre ou deux n’est pas synonyme de GRANDE EQUIPE.

 

Les blessures et l’éclatement de la bulle

Pendant que toutes les équipes préparaient la rentrée tranquillement, le WAC et le MAS jouaient avec les grands, pour le grand plaisir des supporters marocains. Une place de finaliste dans la prestigieuse coupe africaine « CLA » pour le WAC n’a pas été obtenu de rien; un effort considérable a été fourni, et les blessures n’ont pas épargné nos joueurs. Un ensemble de choses ayant influencé négativement sur le rendement de l’équipe par la suite, mais la principale raison reste l’éclatement de la bulle CLA. Les joueurs ayant fourni leur Max durant cette compétition, la défaite en finale a laissée des traces profondes chez les joueurs, et a ouverte des plaies dans le navire rouge, car depuis cette défaite rien ne va plus, et les résultats négatifs se sont enchainés mettant en cause la qualité du staff technique, le professionnalisme de certains joueurs ainsi que la qualité des recrutements opérés en début de saison.

 

Tourner la page

Le peuple rouge qui cru en son équipe en la voyant tenir tête aux grands d’Afrique (Ahly, Tarajji, TP Mazembe, Enyemba…) mais depuis deux mois, l’espoir a fondu comme neige et les démons de chaque année ont refait surface. Quelle politique pour le club ? Mais bien avant cela, quel capitaine pour le navire? A moins d’une semaine du Derby, le suisse semble dépassé par cette affaire, n’ayant plus l’autorité sur ses propres joueurs, n’ayant développé aucun fond de jeu, et surtout après deux mois de résultats catastrophique alors que le meilleur effectif du Maroc se trouve entre ses mains…le départ de Decastel semble un mal nécessaire pour tourner la page, pour laisser l’équipe au point zéro. Un départ avec une finale de CLA jouée, mais surtout une équipe en plein doute laissée.

 

Quel successeur ?

Après les deux coupes africaines remportées par Amouta et Taoussi, l’entraineur marocain semble redevenu à la mode et des noms se murmurent depuis une semaine à la tête du WAC. Depuis hier trois semblent être en pole position, l’entraineur “jetable” Fakherdine, Mr “zéro titre” Badou Zaki et “le Jrada” Fakher. Choisissez parmi les trois, ne vous vous disputez surtout pas, car l’avenir du WAC ne changera pas énormément quelque soit le choix. Ce n’est qu’un doliprane pour une rage de dents, ça calmera peut être, mais croyez moi, le mal reviendra.

 

Yas de panam

Share