housniDans une interview accordée au quotidien « Le Matin », le milieu de terrain du Wydad Housni revient sur son début de saison remarquable, sans pour autant cacher sa détermination à être le leader technique du groupe.

Comment jugez-vous votre rendement avec le Wydad de Casablanca ?
Je pense que je me suis bien adapté à l’équipe. J’ai pu faire quelques bouts de matchs quand je suis arrivé en janvier 2015 et jusqu’à juin. J’ai marqué deux buts et délivré deux passes décisives. Ce n’est pas rien parce que je n’ai pas beaucoup joué. Depuis le début de cette saison, les choses vont bien. J’enchaîne les matchs. Je pense que globalement j’ai réussi mes débuts avec mon club.

Êtes-vous étonné par vos récentes performances depuis le début de cette année ?
Non, je ne suis pas étonné parce que la saison dernière je n’étais pas aussi bon dans la mesure où je n’avais pas fait une grosse préparation physique et qu’en plus j’ai été transféré en décembre. Cette saison, j’ai fait une bonne préparation physique à l’avant-saison. Je savais que j’allais faire de bons matchs parce que je suis bien physiquement. Il faut juste que j’enchaîne les matchs pour continuer à progresser.

Espérez-vous être le leader technique du WAC ?
Si je joue souvent, je pense que je peux être le leader technique.
J’aimerais enchaîner des matchs pour pouvoir l’être.

D’où vous viennent votre aisance de relance et votre capacité à ouvrir des brèches dans la défense adverse ?
C’est simple, j’essaye toujours d’avoir le maximum d’information avant les autres avant d’avoir le ballon. Et dès que je le reçois je sais déjà quoi faire avec parce que j’ai déjà en tête l’emplacement de mes coéquipiers et celui des joueurs adverses. Depuis tout petit, on m’a appris tout cela. Et maintenant, je ne fais qu’appliquer ce qu’on m’avait enseigné. Le plus important est de s’informer avant l’adversaire.

On parle beaucoup de vous en ce moment, comment vous appréhendez-vous cela ?
À Casablanca, on a l’habitude de parler des joueurs.

Qu’est-ce que ça vous fait qu’on parle de vous ?
Je ne ressens aucune pression particulière à propos de cela. Je fais mes matchs tranquillement sans me soucier de rien. Qu’on parle de moi, c’est bien, mais si on ne parle pas de moi, ce n’est pas grave. Je continuerais à travailler tranquillement pour devenir encore plus performant.

Deux matchs et deux victoires en championnat, le WAC c’est l’adversaire à battre cette année ?
Quand on joue au WAC, le seul objectif c’est de gagner. Cette année, vu qu’on a été éliminé en Coupe du Trône, l’objectif est clair : gagner le titre du champion du Maroc et aller le plus loin possible en Ligue des champions d’Afrique et pourquoi pas la gagner. On doit tout faire pour remporter les deux titres.

Vous suivez certainement l’équipe nationale, est-ce que vous ne pensez pas qu’il lui manque un leader technique en milieu de terrain ?
Mon rêve est de jouer en équipe nationale. Seul Badou Ezaki peut dire si j’ai ma place ou non. Si j’ai la chance d’être sélectionné, je ferai mon maximum pour honorer ce maillot. Je sais qu’il y a de très bons joueurs en équipe nationale, mais si je peux apporter ma touche de relance, ça sera avec plaisir.

Est-ce que l’arrêt du championnat pour deux semaines ne risque pas de stopper le WAC dans son élan ?
Cette trêve de deux semaines va certainement casser notre rythme. On a mis quatre buts pour l’AS FAR et trois pour l’Olympique de Khouribga. C’est quand même deux concurrents directs au titre. Les autres concurrents, que ce soit le Raja, le FUS, ou le Kawkab de Marrakech, ont marqué le pas la semaine dernière. On aurait pu continuer sur notre lancée d’autant que les autres clubs continuent de patauger. Mais bon il y a cette trêve qui risque de casser notre rythme. Là, on essaye de s’entraîner dur pour rester en forme. Pour le troisième match, même si c’est dans trois semaines, on doit être toujours prêts.

Source: lematin.ma